Quelle catégorie vous intéresse?

Catégorie A

Motocycles d’une puissance de plus que 35kW et un rapport puissance/poids à vide de plus que 0,20kW/kg.

Catégorie A

Age minimal

25 ans (accès direct)
ou au plus tôt deux ans après la délivrance de la catégorie A limitée, si durant les deux ans précédant le dépôt de la demande, le titulaire n’a commis aucune infraction aux dispositions du droit de la circulation routière ayant entraîné ou pouvant entraîner le retrait du permis de conduire.

Catégories requises

néant (en cas d’accès progressif: catégorie A limitée)

Cours de premiers secours

excepté les détenteurs cat. B, B1 ou A1. Ne doit pas remonter à  plus de 6 ans.
Site Web cours certifiés

Test de la vue

pour chaque demande de permis d’élève conducteur, le test ne doit pas remonter à  plus de 24 mois.

L’examen du médecin conseil

est requis pour les personnes handicapées et les candidats qui ont dépassé l’âge de 65 ans.

Les épileptiques

 sont autorisés à conduire un véhicule automobile dans la mesure ou un neurologue ou un médecin spécialisé dans le traitement de l’épilepsie délivre un certificat d’aptitude.

Examen théorique de base

excepté les détenteurs des cat. B, B1 ou A1

Examen théorique complémentaire

néant

Cours de sensibilisation

excepté les détenteurs des cat. B, B1 ou A1

Formation de base pratique

6 heures pour les détenteurs de la cat. A1 (acquisition après le 01.04.2003), autrement 12 heures.
Pour les détenteurs de la catégorie A1 selon l’ancien droit (acquisition avant le 01.04.2003) pas de formation de base exigée.
Les candidats pour le permis de conduire de la catégorie A n’ont pas le droit d’achever leur formation de base pratique avec des véhicules de la sous-catégorie A1.

Examen pratique

Un examen de conduite pratique de 30 minutes est requis pour les candidats avec accès direct.
Sur demande, la limitation à 35 kW est levée pour les candidats à l’accès progressif (voir âge minimum).

Règlement spécial

Dans le cas où la catégorie A 35kW a été obtenue sans examen, sur la base de la catégorie A1 de l’ancien droit. Dans ce cas, un examen de conduite pratique doit être réussi pour la catégorie A.

La validité du permis d’élève conducteur

de 4 mois, est prolongée de 12 mois une fois la formation de base achevée avec succès.

Courses d’apprentissage

  • permis d’élève conducteur nécessaire
  • il n’est pas exigé d’être accompagné par une personne
  • une personne qui détient le permis de conduire correspondant est admise comme accompagnatrice

Autorisations supplémentaires

A (limité), A1, B1, F, G, M

Permis de conduire à l’essai

Pour obtenir le permis de conduire de durée illimitée, il faut suivre 2 cours de formation complémentaire au cours de la période d’essai.

Catégorie A

Catégorie A, sans restriction :
un motocycle biplace sans side-car, d’une puissance minimale de 35 kW.

Catégorie A, limitée à 35 kW :
un motocycle biplace sans side-car, dont la puissance n’excède pas 35 kW, à l’exclusion des motocycles de la sous-catégorie A1.

Équipement de sécurité spécifique à la moto
Pour l’épreuve de conduite un équipement de sécurité moto-spécifique (casque, vêtements, gants, bottes) est obligatoire.

Catégorie A

Facultés visuelles
Acuité visuelle 0,5 pour l’oeil le meilleur/0,2 pour l’oeil le plus mauvais (mesurés isolément)
Vision monoculaire (y c. acuité visuelle de l’oeil le plus mauvais < 0,2): 0,6
Champ visuel Vision binoculaire : champ visuel de 120 degrés de diamètre horizontal au minimum. Elargissement vers la droite et la gauche de 50 degrés au minimum. Elargissement vers le haut et le bas de 20 degrés au minimum. Le champ visuel central des deux yeux doit être normal jusqu’à 20 degrés. Vision monoculaire : champ visuel normal en cas de mobilité des yeux normale.
Diplopie Pas de diplopie restrictive.
Vision crépusculaire et sensibilité à l’éblouissement Pas de réduction importante de la vision crépusculaire. Pas d’accroissement majeur de la sensibilité à l’éblouissement.
Ouïe --
Alcool, stupéfiants et produits pharmaceutiques psychotropes
  • Pas de dépendance.
  • Pas d’abus ayant des effets sur la conduite.
Troubles psychiques
  • Pas de troubles psychiques avec effets importants sur la perception de la réalité, l’acquisition et le traitement de l’information, la réactivité ou l’adaptation du comportement à la situation. Pas de réduction des capacités de réserve ayant des effets sur la conduite.
  • Pas de symptômes maniaques ou pas de symptômes dépressifs importants.
  • Pas de troubles de la personnalité considérables, notamment pas de troubles du comportement asociaux marqués.
  • Pas de déficiences intellectuelles majeures
Troubles des fonctions cérébrales d’origine organique
  • Pas de maladies ou de troubles psychiques d’origine organique perturbant de façon significative la conscience, l’orientation, la mémoire, l’intellect, la réactivité et pas d’autre trouble des fonctions cérébrales.
  • Pas de symptômes maniaques ou dépressifs importants.
  • Pas de troubles du comportement ayant des effets sur la conduite.
  • Pas de réduction des capacités de réserve ayant des effets sur la conduite.
Maladies neurologiques
  • Pas de maladies ou conséquences de blessures ou d’opérations du système nerveux central ou périphérique ayant des effets importants sur l’aptitude à conduire avec sûreté un véhicule automobile.
  • Pas de troubles ou de pertes de la conscience.
  • Pas de troubles de l’équilibre.
Maladies cardiovasculaires
  • Pas de maladies entraînant un risque élevé de crises douloureuses, de malaises, de diminution du débit sanguin cérébral réduisant les capacités, d’altérations de la conscience ou de toute autre perturbation permanente ou épisodique de l’état général.
  • Pas d’anomalie grave de la tension artérielle.
Maladies du métabolisme
  • En cas de diabète (Diabetes mellitus), régulation stable du taux de glucose dans le sang sans hypoglycémie ou symptômes généraux d’hyperglycémie ayant des effets sur la conduite.
  • Pas d’autres maladies du métabolisme ayant des effets importants sur l’aptitude à conduire avec sûreté un véhicule automobile.
Maladies des organes respiratoires et abdominaux Pas de maladies entraînant une somnolence diurne accrue ni d’autres troubles ou réductions ayant des effets sur l’aptitude à conduire avec sûreté un véhicule automobile.
Maladies de la colonne vertébrale et de l’appareil locomoteur Pas de déformations, de maladies, de paralysies, de conséquences de blessures ou d’opérations ayant des effets importants sur l’aptitude à conduire avec sûreté un véhicule automobile impossibles à corriger suffisamment par des dispositifs spéciaux.